La ville frontière

Roye est une ville frontière qui se trouve sur toutes les routes européennes. De nombreuses fois pillée, incendiée et dévastée, la ville s’est dotée, à partir du XIe siècle, de remparts pour sa protection. Ces fortifications ne l’ont toutefois pas empêchée d’être assiégée par les espagnols en 1636 et 1653. Il existait à l’origine sept tours et cinq portes, aujourd’hui disparues. Seule la Tour Saint-Laurent a été conservée. Elle date du XVe siècle et marquait l’angle sud-ouest des remparts. Cette tour et les vestiges de l’enceinte sont inscrits sur l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, depuis 1992.

Plaquette Roye.pdf

Document Adobe Acrobat 568.8 KB

L'hôtel de ville

Construit en 1775, l’hôtel de ville a été détruit pendant la Grande Guerre puis reconstruit entre 1930 et 1932 par Arthur Régnier. Plusieurs bas-reliefs ornent les façades extérieures: les armes de la ville, les allégories du commerce et de l’industrie…

Le vitrail de l’escalier d’honneur a été réalisé par Pasquier en 1952. Il représente un coq gaulois surplombant les armes de Roye. Dans la salle du conseil, les vitraux représentent les armes de différentes villes de la Somme, celles de la Picardie et du Santerre.
Au niveau du clocher, vous pourrez admirer les armes de différents corps de métiers (chapelier,

orfèvre, charpentier, drapier, chirurgien) figurant sur d’autres vitraux. Henri Marret a illustré la vie d’un couple sur des fresques murales.

Eglise Saint-Gilles

La première église Saint-Gilles a été construite au XIIe siècle, détruite par un incendie en 1475, puis reconstruite à partir de 1490. Menacée de destruction à la révolution, elle résista jusqu’à la Grande Guerre. Duval et Gonse s’occupèrent de sa reconstruction en 1926. La décoration intérieure a été confiée au mosaïste Jean Gaudin, qui a réalisé les vitraux ainsi que le chemin de croix, entre autres.

Église Saint-Pierre

Située dans le centre de Roye, non loin de l’hôtel de ville, cette église domine la Cité Gastronomique de Roye. L’église est à l’origine du XIIe siècle. Au fil des siècles, elle subit des transformations, notamment aux alentour du XVe siècle avec l’arrivée d’éléments du style gothique. Elle fut détruite le 12 décembre 1914 par les troupes allemandes car l’armée française se servait du clocher pour calibrer son artillerie. Elle fut reconstruite de 1931 à 1933 par les architectes Gonse et Duval.